Quels types de masques existent en dehors des masques FFP2 ?

Quels types de masques existent en dehors des masques FFP2 ?

Ces derniers mois, nous avons été inondés d’informations sur les masques buccaux, mais quels sont les types de masques buccaux et dans quelles situations faut-il les utiliser ?

Vous avez sans doute entendu parler des différents types de masques buccaux : masques en tissu, masques chirurgicaux, masques FFP1, FFP2, FFP3 ou masques KN95. Il existe des différences considérables entre les différents types de masques en termes de niveau de protection, de confort de port et de respirabilité, ce qui signifie que tous les masques ne conviennent pas à toutes les utilisations.

L’essentiel

Pourquoi avons-nous besoin de masques buccaux ? Pour cela, nous devons prendre un moment pour réfléchir à la façon dont un virus comme le COVID-19 se propage. Sciensano (source) – l’Institut national de la santé – l’explique clairement : “La transmission du virus se fait par les gouttelettes de salive contaminées, soit directement (lors de contacts étroits), soit indirectement après contact avec des objets contaminés. Ces gouttelettes se forment principalement lors de la toux et des éternuements, mais aussi en parlant et en inspirant et expirant. Un masque buccal réduit le nombre de gouttelettes qui sont transmises d’une personne (potentiellement infectée) à une autre ou à l’environnement. Il est plus facile d’empêcher les gouttelettes de sortir de la bouche, lorsqu’elles sont encore plus grosses, que d’empêcher qu’elles soient inhalées ou touchées. Pensez à une machine à confettis : il est plus facile d’arrêter les confettis en plaçant un écran juste devant la machine, que d’essayer de protéger tout et tout le monde des chutes de confettis.”

Masques en tissu

Tous les types de masques buccaux offrent-ils le même niveau de protection ? Non. Commençons par les masques en tissu, qui peuvent ou non être faits maison. Ils protègent les personnes qui vous entourent en premier lieu, pas vous-même. Mon masque vous protège, votre masque me protège. Néanmoins, le port d’un masque en tissu constitue une barrière physique contre les éclaboussures et les grosses gouttes et peut vous aider à moins toucher votre bouche et votre nez. Ainsi, même si ces masques offrent la plus faible protection, ils font tout de même leurs preuves pour limiter les virus tels que le COVID-19. Ces masques sont particulièrement adaptés à une utilisation en public par des personnes qui ne présentent pas de symptômes viraux, qui n’ont pas de difficultés respiratoires ou qui ne souffrent pas d’une maladie grave.

Masques chirurgicaux

Les masques chirurgicaux sont généralement de couleur bleue. Ils captent les gouttelettes exhalées et n’offrent donc, là encore, qu’une protection aux personnes qui vous entourent. Ils ne vous protègent pas des particules virales inhalées par d’autres personnes ne portant pas de masque.  Ces masques sont principalement destinés à être utilisés par les patients et les soignants dans le cadre de leurs contacts médicaux (notamment lorsqu’un patient présente des symptômes de virus), afin de les protéger contre l’expiration normale ou la toux et les éternuements. En outre, ils conviennent également à une utilisation normale en dehors des situations médicales.

Masques FFP2

Les masques dits FFP offrent le plus haut degré de protection car ils contiennent des matériaux filtrants spéciaux et s’adaptent particulièrement bien au visage. Ils existent en différents types – FFP1, FFP2, FFP3 – offrant différents niveaux de protection. Dans une pandémie telle que COVID-19, ce sont principalement les masques FFP2 qui sont pertinents, nous nous limiterons donc à ce type pour le moment. Contrairement aux masques en tissu et aux masques chirurgicaux, les masques FFP2 protègent dans deux directions : ils protègent à la fois le porteur du masque contre les particules virales provenant de l’extérieur, et les personnes qui l’entourent. Ils doivent être conformes à la stricte norme européenne EN149. Cela signifie que les masques FFP2 doivent être capables de filtrer au moins 94 % des particules virales. En outre, ils doivent être adaptés au visage à 92 % au moins, afin de garantir qu’aucune particule virale ne puisse ” fuir ” à travers le masque. Ces masques sont donc particulièrement adaptés à une utilisation par les professionnels de la santé dans des situations où le risque d’infection est accru.  Ils sont généralement utilisés dans les hôpitaux ou par des professionnels de santé indépendants tels que les dentistes. Cependant, ils peuvent également être utiles en dehors d’un environnement médical : les personnes souffrant d’une maladie grave et qui courent donc un risque accru d’être infectées bénéficieront de ces masques FFP2 car ils offrent un degré de protection beaucoup plus élevé. En outre, ces masques offrent également la meilleure protection possible dans des situations spécifiques où des personnes sont rassemblées dans un espace restreint pendant un certain temps – par exemple, lors de voyages en avion.

Et qu’en est-il des masques KN95 ?

Vous avez peut-être entendu parler des masques KN95. Ces masques entrent dans la même catégorie que les masques FFP2. Cependant, ils suivent une certification différente, à savoir la norme chinoise KN95, qui diffère de notre norme européenne EN149 pour les masques FFP2. Il est toujours conseillé de vérifier si un masque donné – à l’exception des masques en tissu – répond effectivement aux normes légales avant d’effectuer un achat. L’expérience a montré que tous les masques disponibles sur le marché ne répondent pas aux normes requises.

En conclusion

Il est important de noter qu’aussi élevé que soit le niveau de protection d’un masque particulier, il est inutile de le porter s’il n’est pas correctement ajusté ! Assurez-vous toujours que la bouche et le nez sont couverts lorsque vous mettez le masque et réduisez au minimum tout espace entre le visage et le masque (par exemple, consultez les instructions d’utilisation d’un masque Medimundi ici). Ne touchez pas le masque lorsqu’il est porté et lavez-vous et désinfectez les mains après avoir retiré le masque. N’oubliez pas que le masque n’est qu’un élément de votre stratégie de protection, il ne remplace pas toutes les autres préoccupations telles que garder vos distances et vous décontaminer régulièrement !

Gerelateerde blogberichten

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *