L’utilisation de masques FFP2 à l’UZA

masques FFP2 à l'UZA

L’année a été très chargée pour Yvan Somers, coordinateur du plan d’urgence hospitalier à l’hôpital universitaire d’Anvers (UZA). Nous l’avons interrogé sur ses expériences concernant l’utilisation et la disponibilité des masques FFP2 et d’autres équipements de protection.

Commençons par le début : comment avez-vous vu évoluer l’utilisation des masques FFP2 et d’autres équipements de protection individuelle à l’UZA lors de l’apparition de la pandémie?

Dans la phase initiale de l’épidémie, nous avons été quelque peu privilégiés comme hôpital de référence pour les maladies hautement infectieuses telles qu’Ebola. Par conséquent, nous avions beaucoup de fournitures. À la fin du mois de janvier 2020, toutes les procédures nécessaires étaient en place et les vêtements de protection requis étaient prêts. Cependant, à mesure que l’épidémie se propage en Belgique, les fournitures se raréfient. De moins en moins de matériel de qualité était disponible sur le marché – tabliers, gants, masques chirurgicaux, masques FFP2….. La consommation de ces masques a bien sûr augmenté rapidement, et nous avons constaté que nous utilisions chaque mois à peu près la même quantité de masques FFP2 que la consommation annuelle normale avant la crise Corona. Nous avons eu beaucoup de jours effrayants où le nombre de patients a fortement augmenté et où l’approvisionnement en équipements de protection a tout juste répondu aux besoins. Nous avons fini par nous en sortir avec des livraisons de dernière minute, mais c’était quand même une période très éprouvante.

Avez-vous dû envisager de réutiliser certains matériaux ?

Nous avons mis au point des procédés pour désinfecter les tabliers de protection afin qu’ils puissent être réutilisés, pour autant qu’ils ne soient pas sales ou cassés. Nous travaillons désormais avec une entreprise qui fabrique des tabliers d’isolation lavables. Ceux-ci sont envoyés à notre blanchisserie, tout comme le linge d’hôpital et les vêtements de travail. En outre, nous sommes mieux équipés pour faire face à ces éventuelles pénuries. Si nous ne pouvons pas offrir à nos équipes des équipements de protection tels que des masques FFP2 de qualité, alors vous ne pouvez pas protéger suffisamment vos employés. Vous ne pouvez pas déployer notre personnel sans une protection de qualité, sinon vous le mettez en danger.

Comment avez-vous appris la disponibilité et la qualité des masques FFP2 ?

Nos fournisseurs réguliers – dont nous connaissons le numéro de téléphone par cœur – continuent de nous tenir informés. Dès le début de la crise, nous pouvions déjà constater que la disponibilité diminuait rapidement, mais aussi la qualité. Le gouvernement a fait des efforts similaires pour fournir des équipements de protection. Cependant, une pénurie persistait, notamment en ce qui concerne les masques buccaux spécialisés FFP2. Nous nous sommes ensuite retrouvés à l’Antwerp Design Factory de l’Université d’Anvers, qui a développé son propre masque FFP2 et mis en place une production d’urgence à court terme. Notre service de prévention a joué un rôle important dans tout ce processus de test et d’approbation des masques FFP2.

Quels étaient les critères les plus importants pour vous lors du choix des masques FFP2 ?

Un masque FFP2 doit avant tout répondre à la protection requise par la norme européenne CE et, à l’époque, par le protocole de test alternatif (ATP) temporaire du gouvernement belge. Le confort de port et l’ajustement sont également des facteurs très importants. Il doit bien s’adapter au visage, sinon le matériau filtrant ne pourra jamais offrir une protection optimale. Un bon confort de port est également important pour nos employés, car ils doivent porter les masques FFP2 pendant une période plus longue. Enfin, la disponibilité en grand nombre a également été un élément important dans notre processus de choix.

Avez-vous eu beaucoup de retours sur les masques FFP2 de la part des utilisateurs, c’est-à-dire des médecins et des infirmières ? Y a-t-il eu des tendances ?

Le service de prévention a demandé aux employés si les masques FFP2 étaient corrects en termes d’ajustement et de confort. Les masques FFP2 que nous utilisons sont tout à fait adéquats dans ces domaines. Nous utilisons souvent le même type de masque de la même marque, mais si vous mettez un masque de forme différente, comme le masque en bec de canard ou le masque en coquille, vous obtenez immédiatement une sensation différente. C’est pourquoi notre service de prévention opte désormais pour la mise à disposition d’au moins deux types de masques FFP2 dans chaque service, afin que le salarié puisse choisir lui-même le type de masque qui lui convient le mieux.

Avec les expériences de l’année écoulée à votre actif, comment voyez-vous le rôle du gouvernement à l’avenir en ce qui concerne les masques et les équipements de protection FFP2 ?

Une directive dit que chaque hôpital doit maintenir un stock permanent de masques FFP2 et d’autres équipements de protection pour plusieurs semaines. Je crois également que le gouvernement doit jouer un rôle important dans la création d’un stock national d’équipements de protection. Ce faisant, il faut également veiller à ce que les stocks stratégiques puissent faire l’objet d’une rotation suffisante, de sorte que la date de péremption ne soit plus un problème.  En temps normal, il est impossible pour un tel stock stratégique d’effectuer une rotation suffisante car les besoins en masques FFP2 sont bien inférieurs aux stocks. À mon avis, nous devrions nous orienter vers un système dans lequel un ou plusieurs fournisseurs, en collaboration avec le gouvernement, mettent en place un modèle qui garantit une rotation permanente des stocks.

Constatez-vous des changements dans l’utilisation des équipements de protection individuelle suite à des développements récents tels que la campagne de vaccination ?

Pas directement, non. Il y a moins de patients, donc la consommation va baisser. Rien ne change dans nos procédures, elles sont permanentes. Ce n’est pas comme si nos employés n’avaient plus besoin de porter des masques FFP2 s’ils sont tous vaccinés. C’est une idée fausse.

Pensez-vous que cela changera le jour où l’on annoncera que Covid-19 est officiellement terminé ?

Je pense que nous allons commencer à porter plus de masques. On a pris sérieusement conscience de la façon dont ces maladies infectieuses se propagent. Je ne serais pas surpris de voir des gens se promener avec des masques buccaux pendant la saison de la grippe, ce que nous avons toujours vu dans les rues des pays asiatiques. Les gens d’aujourd’hui sont sans doute beaucoup plus conscients de l’utilité de cette mesure pour mieux prévenir la propagation des maladies.

Enfin, y a-t-il d’autres choses que vous aimeriez transmettre ?

Beaucoup de choses ont changé avec cette pandémie, mais je pense que trop peu d’attention a été accordée aux tests d’ajustement lors du port de masques FFP2. Il s’agit d’un test spécial visant à déterminer si un masque FFP2 s’adapte correctement au visage de chaque travailleur. Le type de masque que nous utilisons habituellement s’adapte bien maintenant. Chaque employé devrait un jour le faire, je pense même que c’est une obligation dans certains pays. Les matériaux filtrants d’un masque peuvent être aussi efficaces qu’ils le sont, mais si le masque FFP2 ne s’adapte pas correctement au visage, il ne fournit pas la protection nécessaire.

Merci Yvan d’avoir partagé vos expériences avec nous !

Gerelateerde blogberichten

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *